Rechercher
  • Emeline

Le ressenti face au danger n'est pas un jugement


Coucou tout le monde

Aujourd'hui je vais vous faire part d’une de mes anecdotes que j’ai raconté à quelques clients lorsqu’ils jugeaient leurs ressentis alors qu’en réalité, ils sentaient un danger.

Je rentre dans un train à placement libre et dans un wagon, deux places se trouvent libres derrières deux hommes tout à fait banals. Ils semblent revenir du travail en costard cravate etc... Dans ma tête l'info est claire “ne t'assoie pas la, change de wagon, ces deux hommes=dangers”.

Comme beaucoup de gens qui ne s’écoutent pas dans ces cas la, je m’engueule avec mon ressenti “ba non c’est trop bien il y a de la place... dans l’autre wagon il n’y aura peut être pas de place.”

Je n’écoute donc pas et je m’assoie derrière ces hommes. A mes pieds se trouve une pièce anglaise. Toute contente de ma trouvaille je vais pour la ranger dans mon sac. Encore une fois j’entends l’avertissement, ce n’est pas un bon présage, ne garde pas cette pièce, pose la sur le siège d’à côté. Déçue, cette fois j'obéis, avec la sensation d’être un tantinet cinglé.

Au bout de 10 minutes les deux hommes commencent à parler fort et de manière agressive...Le contrôleur du train passe et se fait agresser verbalement par ceux ci. Ils sont ivres de toute évidence dans leur façon de parler.

Je mets mes écouteurs en espérant être invisible à leur yeux. Dans ma tête l’info recommence de plus belle “part !!!!!change de wagon”

Mais je ne veux pas car j’ai peur de les conforter dans l’idée qu’ils sont désagréables etc...alors que de toute évidence, ils ne doivent pas aller bien. Je ne veux pas les enfoncer encore plus dans ce rejet qu’ils provoquent etc…C’est du jugement(bon bref en gros j’ai perdu mon temps).

Peu de temps après leurs regards se tournent vers moi et la je comprends !! Je n’avais pas vu leur regard jusque là...les yeux du prédateur. Ils étaient clairement mal intentionnés. Suivi de petits rires , l’un d’entre eux, se lève, se retourne vers moi et viens pour s'asseoir à côtéà mes côtés. Mes jambes se lèvent alors toute seules et je détale en le bousculant pour changer de wagon.