Rechercher
  • Emeline

Quel est notre pouvoir dans ce monde?


Coucou tout le monde,

En ce monde qui paraît parfois chaotique, de nouvelles idées, une envie collective de vivre autrement est en train de voir le jour. Les écoles alternatives, le maraîchage bio, le système d’échange, les maison autosuffisante sont le résultat de ses envies de changement. Tout une organisation horizontal est en train de voir le jour.

Toutefois nous sommes en période de transition. Le système actuel qui se montre de plus en plus au grand jour, éclate d’incohérence et de maltraitance civile. Le gouvernement s’assume dans sa dictature, tandis qu’avant il jouait le rôle de la fausse démocratie. Ce rôle était globalement accepté de tous mais le réveil des citoyens renforcent le côté obscur d’un gouvernement qui ne travaille pas toujours dans l'intérêt public.

Nous sommes comme dans un jeu vidéo et arrivé à la fin il y a le gros Boss.

Maintenant comment bien vivre la transition? Comment agir dans ce monde qui paraît loin de ce que nous voulons ? La tentation serait de tout rejeter en bloc et de devenir à notre tour des tyrans du système alternatif. Cette solution ne ferait que renforcer les foudres de ce système global. “Je me bats contre et du coup j’obtiens des désarrois avec la justice la police etc…”

En transition il faut partir d’une évolution. Le système est ce qu’il est, mais je pars du principe qu’il travail pour moi. Etant donné qu’il est en partie à mon image, je continue de le faire progresser vers des sentiers qui me plaisent.

Un exemple concret: “Je veux faire l’école à la maison, mais les lois actuelles deviennent de plus en plus contraignantes à ce sujet, obligeant les parents à exécuter le même type d’apprentissage qu’à l’école classique. Les contrôles de l’état me terrifient, je me replie encore plus sur moi et ma famille en ayant peur d’un système qui m'empêche de vivre ma vie comme je l’entends.”

Dans un premier temps, ne pas paniquer, trouver du soutien pour ne pas vivre ce genre de projet de manière isolée et ensuite faire ce qui est possible de faire sans essayer de tout contrôler. Accepter les résistances pour mieux les contourner.

Par exemple j’accepte le système contraignant, je décide de ne pas le subir et je décide de scolariser mes enfants dans une école alternative plutôt qu’à la maison. Je fais “un compromis” En cherchant ce genre d’école je tombe sur un réseau de parents qui fonctionne ensemble avec un projet pédagogique qui me correspond. Ils ont pour projet d’embaucher une institutrice en commun, je me joins au projet.