Rechercher
  • Emeline

Aujourd'hui je suis libre d'être qui je suis


Encore un partage un peu personnel (olala, ça fait deux fois qu’elle raconte sa vie elle! )

Je vous le partage, car évidemment, encore une fois, on est nombreux a avoir ressenti ou a ressentir ce manque de confiance en soi. L’impression d’être un Ovni, de ne pas être à la bonne place. J’espère que cette prise de conscience pourra en aider certains. <3

Depuis petite, je souffrais d’un GROS manque de confiance en moi (gros mais que dis je une péninsule !!l). Des pensées détractrices arrivaient sans cesse dans ma tête “c’est moi qui suit bizarre, je ne suis pas assez si, pas assez ça”. La dessus on me disait naïve, originale, perchée, sorcière, lunaire, étourdie et trop gentille (elle est bien brave celle la!). On venait me voir lorsque le moral était au plus bas et ensuite c’était reparti. Un moment un peu hors du temps, ou les coeurs parlent, les langues se délient, les masques tombent. Puis ensuite lorsque les choses allaient mieux, les personnes reprenaient leurs masques, sans que personne ne demande le pourquoi du comment. “Qu’est ce qui vient de se passer au juste? oulala tout ceci me fait peur je ne veux pas savoir.”

J’avais juste l’impression de faire ce que je devais faire, car “c’est comme ça qu’il faut faire ?non?”. Au début je ne savais pas trop d'où tout ça sortait, mais c’était fait avec le coeur, c'était la seule certitude. Ensuite les choses se sont affinées, précisées. Les perceptions se sont aiguisées. La confiance a grandi.

On change mais l’entourage initial? Je laissais les autres juger mes centres d'intérêts car je n’avais pas assez d’estime pour moi même. Je me disais que “oui c’est normal, c’est bizarre tout ça.” Que je ne pouvais pas leur en vouloir d’être sceptique...

Je laissais les gentils jugements déferlés, je me remettais sans cesse en question, pour comprendre ensuite que j’étais la seule responsable de ce jugement. Personne n’était coupable, j’étais à l’initiative de ce scepticisme.

Je m’excusais sans cesse d’être qui j’étais auprès des personnes dites “mentales". J’étais au départ murée dans le silence, puis ensuite dans la discrétion.

Aujourd’hui je ne tiens plus à m’excuser d’être qui je suis avec la peur de heurter les sensibilités qui se disent cartésiennes. J’avais juste peur du rejet. Peur du jugement.

J’avais envie d’expliquer les choses avec la compréhension de la personne, en utilisant la physique quantique. (heureusement qu’elle est là elle! ) J’avais envie que la personne m’accepte dans ma globalité. Qu’elle comprenne. Qu'elle me comprenne.

Aujourd’hui les choses ont changé. J’ai compris ,que comme tout à chacun, je n’ai pas à m’excuser de faire ce que je fais, ni à me justifier, car c’est ce sentiment qui poussera l’univers à me justifier sans cesse auprès des autres.

C’est moi qui aie créé en permanence cette situation.

C'était à moi de m’accepter. C'était à moi de me valider.

Le chanteur ne prouve pas qu’il sait chanter, il chante. Après le public n’est pas forcé de l’écouter, il l’écoute si son chant vibre en lui.

Plus je m’affirme, plus je m’apporte de l’amour, et plus les choses s’apaisent. Les septiques se taisent et les autres viennent partager <3. Des nouvelles rencontres se créent, des vieux amis expriment leur joie de nous voir “enfin” dans ce que nous sommes depuis toujours. A notre grande surprise! On pensait se cacher mais les vrais amis voyaient <3. Ces même amis nous rappellent les vieux souvenirs qu’eux non pas oublié. Certaines personnes mentales deviennent celles qui encouragent.

Le monde évolue à mesure que nous évoluons en nous.

Toutefois, il y a aura toujours des gens présents pour désapprouver, critiquer, mais je serai assez forte pour ne pas m’en excuser. Je n’ai rien à leur expliquer. Je n’ai pas d’éducation “spirituelle” à faire pour qui que se soit. Chacun son chemin. Celui qui veut voir, verra. Je n’ai rien à montrer sauf à ceux qui sont dans le partage et dans l’écoute.

Je suis contente d’avoir eu cette fatigue, ce lacement, ces pleurs vis à vis de tout ça. J’ai fini de me faire pleurer, je n’ai plus l’énergie.

Je ne crois pas en la politique, mais je ne vais pas reprocher à quelqu’un que je rencontre de travailler dans ce domaine. Chacun son monde, et sa réalité.

Je ne ferai plus de concession avec qui je suis.

Enfin je me choisis.

“Bah c’est pas trop tôt ma fille”dirait ma grand mère ! ;)

Et merci à toutes les belles personnes que j'ai rencontré et qui m'ont grandement aidé dans ce chemin <3 Elles se reconnaitront <3

gros bisous

Emeline


160 vues

RETOUR EN HAUT

© 2019 par Le Bonheur en Lumière